Après une saison passée aux commandes de monstrueuses Gr5 Sideways, véritables bêtes de course à la tenue de route irréprochable, nous aspirions à quelque chose d'un peu plus « fun ».

C'est pourquoi après avoir envisagé et testé plusieurs modèles de voitures chez différentes marques de circuits routiers, nous nous sommes orientés vers cette sympathique petite Renault 4L proposée par SCX.

L’idée de reproduire au C24S, avec la « 4 pattes » SCX, une Coupe monotype historique, à l’image de la célèbre Coupe R8 Gordini des années 60, nous a très vite emballé.

 

Trois modèles sont (ou étaient) au catalogue de la marque espagnole (par chronologie de dates de commercialisation):

 -Renault 4L 1963 Monte-Carlo ref A10070X300:

106404605_o

 

-Renault 4L Dakar 1979 ref A10160:

scx-renault-4l-dakar

-Renault 4L East African Safari ref A10192:

SCX-Renault-4L-Safari-Slot-Cars-A10192

 

Côté mécanique, la voiture est de conception tout à fait classique: carrosserie et châssis sont en plastique. Le moteur entraine l’axe arrière, la transmission (9x27) est « en ligne » (pignon laiton couplé à une couronne plastique). Le châssis n’est pas équipé d’un berceau moteur. La jonction entre la carrosserie et le châssis est assurée par deux vis. Le guide est celui que nous trouvons habituellement chez SCX (ressort de rappel et tresses cuivrées doublées). Les contacts électriques entre le guide et les bornes du moteur sont assurés par des lamelles en cuivre fixées au châssis. Sortie de boite, l’auto avoisine les 72g.

 

-Notez que la « Monté-Carlo 1963 », premier modèle qu’a choisi de reproduire SCX, avait été préparée à partir d’une 4L « Super ». La « Super » (haut de gamme de l’époque) avait la particularité d’avoir un hayon qui s’ouvrait vers le bas (à « l’américaine »), une grande lunette arrière et des doubles pare-chocs. SCX a bien pris soin de reproduire ces deux dernières particularités sur sa miniature. Les deux modèles suivants ne sont pas des « Super ». Elles sont donc équipées d’une lunette arrière et de pare-chocs traditionnels.

-Le second modèle produit par SCX n’est autre que la très célèbre 4L Simpar des frère Marreau, du Paris-Dakar 1979. Si le modèle d’origine était équipé d’une transmission Simpar 4 roues motrices, le modèle SCX est donc une propulsion. Et ce n’est surement pas un mal en ce qui concerne le comportement routier de l’auto ! Nous regretterons cependant l’absence du pot d’échappement spécifique de cette version « Dakar », qui était bien visible, puisque placé sur le toit de la voiture…

-Le dernier modèle sorti est une très jolie 4L de 1962 ayant disputé l’East African Safari. Elle est fidèle dans son ensemble, mais nous regretterons quand même le traitement des jantes… En effet, sur le modèle original, l’auto était équipée de jantes tôles peintes en blanc et comportant des enjoliveurs chromés bien spécifique.

 

Nous pouvons nous réjouir du fait que SCX ne se soit pas contenté de reprendre le même moule pour produire ses trois modèles.

Les pièces rapportées (pare-chocs, calandres, rétroviseurs, essuie-glaces, etc.) y sont nombreuses et réalistes. Les décorations (chromes, peinture et tampographie) sont du plus bel effet.

Saluons également la présence d’un système d’éclairage fonctionnel (phares et feux arrière), système que peu de marques actuelles proposent sur leurs modèles.

Pas de doute, nous sommes bien en présence d’une SCX !

DPP_ffrib00011456

DPP_ffrib00011457

C'est donc le côté « fun » qui nous a d'abord attiré vers cette 4L SCX. Nous voulions une auto plaisante et « roulante », sans que nous ayons besoin d’y apporter de grosses modifications.
Et donc, pour environ 40€, la 4L SCX s’avère être une auto de slot qui remplit parfaitement le contrat ! Les seules modifications que nous avons eu à faire ont été la suppression de l'aimant (une chose incontournable pour nous, et ce, sur presque toutes les voitures de slot!) et un lestage judicieux du châssis. Le but du lestage étant d'optimiser le comportement routier de l'auto, une fois l’aimant retiré. En effet, sans aimant, la 4L SCX se révèle assez « joueuse ». Ceci est dû en partie à la combinaison de plusieurs facteurs, tels que la très bonne adhérence des pneus (surtout sur une piste très abrasive), l'étroitesse des voies (avant et arrière), et un centre de gravité relativement haut perché.  Tous les critères d’une voiture atypique étaient trouvés.


Coté motorisation, c'est le RK41 qui propulse la petite Française. Sous 13 Volts, il emmène l'auto à une allure respectable et qui convient bien à l'esprit du modèle. Bon, comme sur tous les moteurs SCX, le frein du RK41 est ENORME!!! Certains apprécient, d’autres beaucoup moins...


Après une manche disputée (voir ici: http://circuit24samois.canalblog.com/archives/2016/01/10/33189781.html), on peut dire que nous n'avons vraiment pas été déçus de notre choix. La Coupe s'annonce très relevée, et surtout, très fun!


MERCI SCX !!!

Plus d’informations ici : http://scx.es/us/home

scx_logo