Le Circuit 24 Samoisien en pèlerinage…

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011458

liste_23


Une des plus prestigieuse et emblématique course de slot française vient d'avoir lieu au Mans, les 1 et 2 décembre derniers. Je veux bien évidemment parler des 24H de Slot Racing, organisées depuis maintenant 7 ans par le SRC-LeMans. La notoriété de cette épreuve n'est plus à prouver. Elle la tient tant du niveau de la compétition que de l'organisation sans faille et l'accueil chaleureux réservés aux équipes et au public (toujours très nombreux).
Ce qui marque les esprits également, c'est de voir à quel point les membres du SRC-LEMANS arrivent, depuis la toute première édition (2012 donc), à faire de leur épreuve un reflet miniaturisé et ultra détaillé de la plus grande course automobile au monde: le 24H du Mans. On s'y croirait vraiment !

Beaucoup de choses ont à cette heure déjà été écrites et produites (vidéos) à propos de cette 7ème édition des 24H de Slot Racing (médias locaux, Internet (Facebook, Endurance Info, etc.)). Mais soulignons particulièrement l'excellent travail d'Alexandre Boissy, qui aura couvert l'épreuve durant tout le week end via le site FranceRacing.fr (avec notamment de magnifiques photos à l’appui).

Beaucoup de pilotes français (et même parfois internationaux) ne s'y trompent pas : le paddock des 24H de Slot Racing, c'est "the place to be" fin novembre/début décembre de chaque année! Et c'est pour ça que cette année encore, des pilotes Samoisiens avaient fait le déplacement. Pour être précis, 6 pilotes au total, répartis en deux équipes (toutes deux dans la catégorie GT): Bibi, VetteOne, Cloclo, Jacques et David au sein du team C24S, sur une Spyker C8 Laviolette GT2R Scaleauto (le Mans 2008) et SSS dans les rangs des SAGOU1, sur une Saleen S7-R Arrow Slot (le Mans 2010 - l'Arbre Compétition).

Pour les premiers cités, tout commença plutôt bien le vendredi après-midi avec deux séances d'essais libres assez fructueuses (EL1 et EL2 - la première de jour, la seconde de nuit). Ils apprennent doucement le tracé du circuit manceau et s'habituent à évoluer en piste avec les autos de la catégorie LMP (plus rapides d'environ 1s au tour). Le seul point noir pour eux aura été un guide cassé. Au micro d’un journaliste de Vroumvroum TV, en plein milieu de la nuit, le rookie David donnait ses premières impressions :

« Arrivé vers 16h00 vendredi avec Bibi et Jacques, un premier constat s’est imposé à moi: la piste est au top, avec de grandes lignes droites et des parties techniques assez variées. Cloclo était en train de rouler avec la Spyker, magnifique ! Toutes les équipes n’étaient pas encore présentes. Mais déjà, j’ai senti la pression monter en moi… Et il a bien fallu que j’y aille ! Premiers tours avec la Spyker… J’y suis allé doucement pour commencer. Chacun de nous avons pris nos marques. Les tours ont défilés et la voiture a été de mieux en mieux.  Jusqu’au moment où nous cassons le guide… Puis est venu le moment du passage en nocturne (l’EL2, ndlr) et là, quelle claque je me suis pris ! Le ressenti est complètement différent sur la piste et c'est beau à voir tourner!
Je me suis senti tout de suite à l'aise et ai réalisé un 12.875s, grâce notamment au changement de la couronne et à quelque réglage fait sur la voiture».

Du coup, à l'issue de cette première après-midi, les cinq pilotes du team C24S repartent à l'hôtel plutôt satisfaits de leurs premières séances d’essais. Et surtout le ventre bien rempli après l’excellente choucroute garnie proposée par le SRC-LeMans !

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011457

DPP_ffribgnbbksjjmhmn00011459


Pour les SAGOU1, ça parait plus compliqué... Sur les cinq pilotes que compte l'équipe, seuls DamSlot
et Jean-Phi sont sur place dès le vendredi. Et encore, arrivés tardivement, ils ne peuvent prendre part qu'à une partie de l'EL2. La Saleen ne roule environ que 40min. Les deux pilotes/préparateurs affinent les réglages en partant du set up de l'année passée, où l'américaine avait plutôt bien marché... (les SAGOU1 et leur Saleen sont les derniers vainqueurs en date de l'épreuve, dans la catégorie GT). Au final, ils sont plutôt satisfaits du comportement général de l'auto. Mais il y a un léger problème... En fin de séance, ils s'aperçoivent qu'ils n'ont pas monté les bons pneus sur le train avant... Ils ont donc en quelque sorte roulé « gratuitement » durant 40min, puisqu'ils devront forcément revoir en grande partie les réglages de la S7-R, le samedi matin lors de l'EL3…

L'EL3 justement... Alors que les Sagouins, cette fois-ci au complet, s'attèlent comme convenu à travailler sur un train avant devenu plus du tout neutre suite à l'installation des bons pneus (pas une mince affaire!), les pilotes C24S ne sont plus du tout satisfaits du comportement de leur Spyker… Les mécanos s’agitent autour de la voiture, sans que leurs interventions ne soient réellement efficaces. Mais que ce passe-t-il chez les C24S ? Les difficultés du team seine et marnais n’ayant pas échappées aux journalistes présents dans le paddock, ils sont maintenant nombreux agglutinés devant le box de la voiture jaune et bleue. C’est alors que Cloclo s’avance vers eux pour leur donner du grain à moudre :

« On ne comprend pas trop ce qui nous arrive ! Enfin si… Hier, durant l’EL1, tout c’était relativement bien passé. Pour tout vous dire, on a même quitté le circuit plutôt confiants… Arrivés à l’hôtel, on est tous allé dormir. Tous sauf Bibi ! Il a bossé sur la voiture de minuit et 2h du matin… Il souhaitait transformer la traction en FOUR WHELLS DRIVE !!! Résultat, ce matin, nos essais sont mauvais. Et ça râle dur dans le motorhome! Bibi est en train de refaire des réglages suite à nos observations et notre ressenti après les quelques tours que nous venons de boucler... »

Au final, Bibi réussira à retrouver les réglages de la veille et les pilotes du team retrouveront avec soulagement le comportement initiale de leur Spyker. Oufff !!!
 

Les qualifications

Aucune inquiétude majeure du côté des SAGOU1. Sea Sex & Slot signe le meilleur temps GT de la Q3, Jean-Phi le second temps GT de la Q2, et Damien prend la pole GT en Q1. Leur Saleen allait donc s'élancer depuis la 4ème place sur la grille (derrière 3 LMP). Pour les tenants du titre en GT, on peut dire que tous les voyants sont au vert à l'amorce de ces 24H.

Pour le C24S, c'est une tout autre histoire... David s'étant montré le plus rapide du team lors des essais libres, c'était lui qui était chargé de qualifier l'équipe en Q2. Malheureusement, à cause d'une puce défaillante (qu’il a fallu remplacer), suivie d’une erreur de programmation de la puce fraichement installée, la Spyker aura passé tout le temps de la Q1 (soit 15min) dans son box. Le pauvre David n'aura même pas pu boucler un seul tour... Les samoisiens allaient donc devoir s’élancer du fin-fond de la grille, et surtout, se retrouver avec un poste de pilotage pas très « facile ». (Explications pour les non-initiés: Les « qualifs » servent surtout à l'attribution des postes de pilotage. L'équipe décrochant la pole-position étant la première à pouvoir choisir son poste parmi les 14 disponibles. Et ainsi de suite. Forcément, pour l'équipe classée dernière des qualifications, le choix est nul puisqu'il ne reste plus qu'un seul poste à pourvoir ! Et en règle générale, ce n'est pas le meilleur du point de vue de la visibilité...).

DPP_ffribgnbbksjjmhmn00011460

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011459

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011460

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011461

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011462


La course

Pour les SAGOU1, ce fut presque la course parfaite (on verra un peu plus tard pourquoi je dis « presque »). En fait, dès les premiers tours de course, avec Damien dans le baquet, ils prennent la tête du GT (Damien pointera même un moment à la 4ème place du général). Les relais (1 à 1h30) s'enchaînent selon le plan de marche préétabli. Dans le premier tiers de la course, leurs adversaires principaux sont les équipes TELETHON et LM SPIRIT (toutes deux, pendant un certain temps, à une vingtaine de tours derrière eux). Mais l'homogénéité des SAGOU1, associée aux performances de leur monture, vont faire la différence. Sans compter le fait que contrairement à leurs concurrents, ils n'auront rencontré pas le moindre souci technique. Au final, ils devancent même deux LMP (ils passent la ligne d'arrivée à la 6ème position du classement général). Malheureusement pour eux, une non-conformité concernant le poids de leur voiture est détectée lors du contrôle technique d'après course (un des lests de châssis c’est fait la malle !). Conformément au règlement sportif de l'épreuve, ils écopent de 25 tours de pénalité. Sachant qu'ils avaient 20 tours d'avance sur la Nissan GT-R LM Nismo du SRLMO3, ils se retrouvent donc relégués à la 7ème place, 5 tours derrière les Lillois. Dommage, car ils auraient sans doute eu le temps de s'arrêter dans la dernière demie heure de course pour contrôler leur auto et la remettre en conformité... Bon, le principal étant qu'ils conservent la première place de la catégorie GT (de 328 tours d'avance sur le team CAUDAN à la présentation du damier, ils passent à 303 tours d'avance après l’application de leur pénalité).

Du côté du C24S, c’est Bibi qui prend le départ. Les coéquipiers se relaient toutes les 45 min, puis toutes les heures. Et rapidement, la course s’annonce compliquée… La belle néerlandaise doit être rentrée dans son box à plusieurs reprises pour différents motifs : aileron cassé, câble d'éclairage enroulé autour de l'axe avant, pneus arrière montés à l'envers... D'ailleurs, cette petite erreur vaudra également une pénalité de 25 tours au samoisiens, leur auto étant déclarée non conforme (largeur du train arrière trop importante) à l'issue d'un contrôle technique inopiné en pleine nuit. C'est malheureux, car cette pénalité est arrivée juste au moment où la Spyker reprenait doucement du terrain sur la Ferrari 458 Italia du team TELETHON. Une autre forme de pénalité à également ralenti la progression du C24S: les Stop & Go! Et comme le règlement sportif de l'épreuve prévoit que 5 tours soient décomptés au bout du 5ème Stop & Go, on comprend aisément qu'il vaut mieux éviter les poussettes viriles aux freinages et laisser la priorité lord des retours en piste et lors des changements de voie... Et à priori, la priorité, le samoisien n'aime pas trop la laisser!!! Bon, pour leur défense, il ne faut pas oublier qu'ils comptaient dans leurs rangs trois pilotes qui n’avaient jamais roulé au Mans. Trois pilotes qui, même s'ils ont désormais une légère expérience du DAVIC, étaient totalement novices en termes de compétition de cet acabit (niveau national). Maintenant, ils ont vu ce que c'était! A un moment donné, ils se sont surement demandé ce qu'ils faisaient là, mais au finale, ils ont forcément apprécié ! Une chose est sûre, ils se sont promis de revenir l'année prochaine... Revenir encore plus forts!
D’ailleurs, à l’arrivé, David affirmait ceci au micro de l’ex pilote d’endurance Gilles Haijone (récemment reconvertit en consultant sportif sur Vroumvroum TV… Plus les moyens de courir après la hausse des taxes sur les carburants…):

«  On aurait pu être dans le top 4 en GT si ça s'était mieux passé.... En tous cas, c'est une expérience à faire ! J'ai pris énormément de plaisir à courir, surtout la nuit. L'ambiance y est vraiment différente.
L'organisation du club était vraiment très bien, l’ambiance bonne et tout le monde était respectueux. Vivement l'année prochaine ! ».

Et Cloclo de répliquer : « Au final, pas de regrets à avoir. Nous tournions moins rapidement que nos concurrents directs LM DRY et CAUDAN. Pas de surprise ni de suspens donc. Seule l’équipe SPEED KZR était moins rapide que nous. En tout cas, j’ai pris un réel plaisir à faire des runs d’une heure. Au pilotage, le temps passe très vite ! C’est une expérience unique à conseiller… »

DPP_ffribgnbbksjjmhmn00011462

captur10

Après une cérémonie des podiums bien festive, c’est avec de larges sourires que les participants reprirent la route (la vraie !), quand même quelque peu fatigués… La plupart se retrouveront tôt ou tard à l’occasion d’une prochaine course. Passion, quand tu nous tiens !!!

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011463


Pour finir, adressons un grand merci à toute équipe du SRC-LeMans. Ceux et celles qui se sont donnés à 100% depuis plusieurs semaines, voire depuis plusieurs mois, pour que ce superbe rendez-vous du slot français puisse avoir lieu.
Merci également à tous les participants sans qui toute compétition serait inexistante.
Et merci aux invités de marque (Benoît Treluyer - pilote Audi triple vainqueur des 24H du Mans ; Pierre Fillon - président de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) ; Bruno Vandestick - animateur radio/TV et speaker officiel des 24 heures du Mans) d’avoir donné un peu de leur temps pour venir partager des moments privilégiés et décontractés avec nous. La plupart des sloteurs étant avant tout des passionnés de compétition automobile à l’échelle une, c’est toujours très enrichissant et très gratifiant de pouvoir échanger avec des acteurs majeurs du sport auto.

DPP_ffribgnbbksjjmhm00011456

DPP_ffribgnbbksjjmhmn00011458


Retrouver encore plus d’informations ici (liste non exhaustive) :

https://franceracing.fr/gaming/24-heures-slot-racing-victoire-de-la-toyota-du-c24t/

là :

http://www.endurance-info.com/fr/24h-slot-racing-du-mans-14-equipes-au-depart/

et là :

http://www.endurance-info.com/fr/les-24h-2018-de-slot-racing-sont-parties/

ou encore là :

http://www.endurance-info.com/fr/24h-slot-racing-2018-toyota-bat-porsche-et-audi-au-finish

 

Et bien entendu le forum du SRC-LeMans:

http://slot-lemans.forumactif.com/t1713p50-24-heures-de-slot-racing-du-mans-2018-1-2-decembre


A l’année prochaine !