C'est une idée qui me trottait dans la tête depuis quelque temps déjà: transformer une voiture LEGO en voiture de slot...

DPP_ffribgnbbksjjm00011494


Pour les non-initiés, le slot (« fente » en anglais), c'est le terme anglophone pour désigner le « circuit routier électrique ».
L'idée était donc de greffer sur une voiture LEGO tous les éléments mécaniques nécessaires pour qu’elle puisse se mouvoir sur une piste de slot.
Or, il se trouve que la célèbre marque Danoise a récemment lancé une gamme intitulée « Speed Champions », consacrées aux voitures sportives et aux voitures de course. Des autos dont les dimensions font pensées à du 1/32ème, échelle la plus représentées en circuit routier électrique… Vous ajoutez à ça un fiston accro aux LEGO (au moins autant que son père) !

Il ne m'en fallait pas plus pour me lancer...

Pour cette première, j’ai jeté mon dévolu sur la Bugatti Chiron (réf 75878) qui, je trouve, est assez joliment reproduite par les designers LEGO.

DPP_ffribgnbbksjjm00011457

Après l'avoir monté une première fois, j'ai longuement étudié les diverses possibilités qui s'offraient à moi pour l'implantation des différents organes mécaniques. L’idée était de conserver un maximum de pièces d'origines, dans leur configuration d'origine. Pas si simple lorsqu'il faut caser un moteur et ses câbles, un guide et son puits, et enfin, un train arrière complet (axe/paliers/transmission/jantes)!
Après avoir déterminé les pièces « slot » que j'allais utiliser, il a fallu « jouer de la Dremel » pour usiner et façonner certaines pièces LEGO.

Pour assurer une solidité et une rigidité convenable au châssis, un minimum de pièces LEGO ont dû être collées (cyanoacrylate). Il s'agit de pièces situées en partie basse, entre le moteur et l'axe arrière. Le reste des pièces est resté complètement libre, faisant planer sur le pilote le risque de devoir reconstruire sa voiture en cas de sortie de piste trop violente (croyez-moi, c'est du vécu!!!).

Les photos qui suivent illustrent les étapes de montage « LEGO » une fois la voiture modifiée :

DPP_ffribgnbbksjjm00011464

DPP_ffribgnbbksjjm00011465

DPP_ffribgnbbksjjm00011467

DPP_ffribgnbbksjjm00011468

DPP_ffribgnbbksjjm00011470

DPP_ffribgnbbksjjm00011471

DPP_ffribgnbbksjjm00011472

DPP_ffribgnbbksjjm00011473

DPP_ffribgnbbksjjm00011474

DPP_ffribgnbbksjjm00011475

DPP_ffribgnbbksjjm00011476

DPP_ffribgnbbksjjm00011477

DPP_ffribgnbbksjjm00011478

DPP_ffribgnbbksjjm00011479



Description de la transformation de la voiture statique en voiture de circuit routier électrique:

Etape 1: réalisation du puits de guide.

La première étape à consister à confectionner le puits de guide. Celui-ci est réalisé avec un petit cylindre en plastique que j'ai donc collé (cyano+bicarbonate de soude pour fixer rapidement puis colle bi-composant pour combler les interstices) sur la partie avant du châssis. Là, dans l’optique de laisser de la place au puits de guide et permettre une rotation convenable du guide, deux pièces ont été quelque-peu « maltraitées » à coup de disque à découper, de forêts et autre fraises…
Le guide (+tresses) installé est un Ninco "Standard" ref 80104.

DPP_ffribgnbbksjjm00011466

 

Etape 2: passage de câbles.

Perçage de deux pièces (bloc 2x2 blanc et bloc 2x3 gris) à travers lesquelles passeront les deux câbles qui relieront guide et moteur.

 

Etape 3: mise en place de l'axe arrière.

C'est l'étape la plus délicate. En effet, le moteur n'est pas encore installé et il faut que l'axe arrière soit parfaitement perpendiculaire à l'arbre du moteur, et aussi dans son alignement vertical.

J'ai choisi un train arrière composé entièrement de pièces de la marque Slot It (axe plein 2.38mm (3-32)x 54mm ref SIPA01-54, couronne "in line" 27 dents (moyeu alu) ref GI27-Al, paliers bronze pour axe 2.38mm (3-32) ref PA68, jantes alu 17x8 ref Pa18-Als). Rien au niveau du kit LEGO n'est évidemment prévu pour réceptionner les deux paliers d'axe en bronze. Il a donc fallu usiner la pièce LEGO grises dans lesquels, à l'origine, les roues viennent se clipper. J'ai choisi « d'ouvrir » les parties supérieures de cette pièce pour permettre aux paliers de descendre jusqu'à leur position définitive. L'usinage n'étant pas parfaitement identique des deux côtés, j'ai dû placer des petites calles sous et autour des paliers pour caller l'axe et le mettre de niveau. Si c'était à refaire, plutôt que de « charcuter » cette fameuse pièce grise, j'essaierais de « simplement » agrandir les orifices destinés à recevoir les fixations des jantes LEGO, afin de pouvoir y insérer les deux paliers Slot-It.

Le collage est réalisé à la colle bi-composant (attention à ce que tout reste parfaitement en place lors de la phase de durcissement de la colle!).

Etape 4 : fixation du moteur.

Sachant que la voiture risquait d'avoir un comportement routier assez délicat (adhérence médiocre, centre de gravité placé en hauteur) et que de surcroit, c'est mon jeune garçon (6 ans et demi) qui allait en être le pilote officiel, j'ai opté pour une motorisation peu puissante, type NC1 (environ 16000rpm).

DPP_ffribgnbbksjjm00011456

J'ai dû retirer un peu de matière du châssis afin que le moteur descende assez bas et soit le plus possible au même niveau que l'axe arrière. Malgré tout, le moteur reste un peu trop haut à mon goût. Avec du recul, il aurait été préférable que je supprime d'avantage de matière au châssis, afin de faire descendre le moteur le plus bas possible, au raz de la surface inférieure du châssis. Le moteur a été dans un premier temps fixé à la cyano+bicarbonate de soude, puis à la colle bi-composant pour assurer le tout.

DPP_ffribgnbbksjjm00011481

 

Etape 5: Genltemen, start your engines!

Après un graissage de la transmission et après une légère lubrification des paliers d’axe arrière, du puits de guide et également des jantes avant LEGO, la Bugatti Chiron a pu enfin fouler la piste du Circuit 24 Samoisien.

DPP_ffribgnbbksjjm00011491

DPP_ffribgnbbksjjm00011492

DPP_ffribgnbbksjjm00011493

DPP_ffribgnbbksjjm00011490

DPP_ffribgnbbksjjm00011486

DPP_ffribgnbbksjjm00011488


Dès les premiers tours de roues (et surtout dès les premiers virages!), un constat s'impose: l'auto est lourde (126g), mais surtout, son centre de gravité est haut perché (pas trop surpris de ce côté-là !). Du coup, elle a tendance à se retourner dans les virolos.
En revanche, moi qui croyais qu'elle allait cruellement souffrir d'un manque de grip, et bien, j'ai eu tout faux! L'adhérence des pneus d'origine LEGO conviennent bien à l'auto (sur une piste Ninco en tout cas...). C'est donc un "souci" en moins à régler!
Pour remédier au problème de stabilité en virage, j'ai ajouté sous le moteur un lest en plomb d'un peu plus de 7g (fixé à la « pâte à fixe »). Cela a pour effet de corriger grandement le comportement de l’auto.

DPP_ffribgnbbksjjm00011469

DPP_ffribgnbbksjjm00011485


Ainsi préparée, ma Bugatti Chiron LEGO n'ira certes pas affoler les chronos, mais elle ravira à coup sur tous les fans de LEGO!

Et comme rien n'est plus parlant qu'une vidéo, je vous propose une petite pause dans votre lecture :

DPP_ffribgnbbksjjm00011496

DPP_ffribgnbbksjjm00011497

Au final, sur les 171 pièces LEGO que comptait le modèle original, seules 8 pièces n'ont pas été utilisées, et l'une d'entre elle a été remplacée (plaque 2x4 bleue remplacée par plaque 2x2 bleue).
  
Les pièces du kit non utilisées:

DPP_ffribgnbbksjjm00011458


En conclusion, ce scratch m'aura donc valu pas mal d’heures de réflexion et de travail, mais le résultat en vaut largement la chandelle.

Les objectifs que je m'étais fixés ont été atteint:
-la voiture a gardé son look d'origine;
-son comportement routier est satisfaisant;
-et surtout, mon gamin est heureux de pouvoir piloter « en vrai » sa voiture LEGO!

Coté budget, comptez environ une cinquantaine d'euros pour arriver à ce résultat (moins si comme moi vous disposez déjà d'une partie des pièces nécessaires).
En détails, voici ce que ça donne:
-15€ la boite LEGO;
-15€ le moteur + pignon 9 dents (en cherchant bien, vous devriez surement pouvoir trouver moins chère... Le miens est issu d'un lot acheté il y environ 10 ans (6 euros le moteur...));
-6.50€ les jantes arrières;
-1,25€ l’axe arrière;
-3€ les paliers;
-5,80€ la couronne;
-1,40€ le guide + tresses.

Notez qu'à ce jour, la gamme LEGO « Speed Champions » est assez riche en références (cf ici: https://www.lego.com/fr-fr/speedchampions). Du coup, il y aurait largement de quoi préparer trois autres autos pour faire des courses certainement très fun. J'aurais vraiment bien aimé le faire, mais j'avoue que le temps passé sur la Bugatti m'a quelque peu découragé...

Il n'y a plus qu'à espérer que les designers LEGO lisent ces quelques lignes et décident, pourquoi pas, de commercialiser des pièces spécifiques permettant de transformer facilement leurs autos en voitures de slot... On peut toujours rêver!

DPP_ffribgnbbksjjm00011495