14 heures de courses reparties en 3 épreuves, et une grille de départ complète (15 équipes, 54 pilotes).... On peut aisément affirmer que l'édition 2015 de Safran « nouvelle formule » a été une belle réussite.

DPP_fFjKk00011497

DPP_fFjKk00011499


C'est un sympathique retour dans le temps que nous proposaient cette année Florent Loquet et le Scalextric Club d'Ile de France (SCIF). Trois épreuves historiques pour le moins prestigieuses :

-Les 1000km de Monza ;

-Les 1000km de Paris ;

-Les 6h de Watkins Glen.

Epreuves durant lesquelles cinq constructeurs légendaires se sont affrontés sur la belle piste DaVic du SCIF: Alfa Romeo (33/3), Matra (MS 670 B),  Ferrari (312PB), McLaren (M8D), Chapparal (2E) et Ford (MKII et GT40). Un week end de course aux allures de confrontation Europe/Etats Unis, donc!

DPP_fFjKk00011460

DPP_fFjKk00011461


Deux équipes du Circuit 24 Samoisien ont pris part à cette événement « slotesque »: les C24S (Midas, Laminak, Bibi, VW, Kiki) et les TDS (Poussin, Boombastic, Philvit, Sea Sex & Slot). Les premiers sur une Alfa Romeo 33/3 aux couleurs de Marlboro. Les seconds sur une Matra MS 670 B aux couleurs de... Gitane! Original me direz-vous! Surtout lorsqu’on sait qu’il n’y a pas eu de concertation préalable des deux équipes en ce qui concerne la déco de leur auto!
Bref, brune ou blonde? Laquelle des deux allait-elle rendre chèvre les pilotes des équipes adverses?

 

DPP_fFjKk00011458

 


Les pilotes de l'équipe C24S avaient beau piloter une voiture bicolore, ils en ont quand même vu de toutes les couleurs durant une bonne partie du week end. La faute principalement à l'utilisation de poignées inadaptées au système DaVic.

De sources sûres, je peux vous affirmer que Bibi aura testé pas moins de neufs poignées durant l'épreuve...

DPP_fFjKk00011466

DPP_fFjKk00011470

Du coup, les séances d'essais libres et qualificatifs des C24S furent fortement perturbées par ces problèmes de poignées.

En qualifications, malgré tous les efforts de Midas (13ème temps de la Q1), l’équipe ne passe pas en Q2.

Et leur première course n'en fut pas moins laborieuse…

D'autant plus que l'équipe reste tout de même novice en terme de courses d'endurance. C'était par exemple la toute première participation de l'ami Laminak à une course de cet acabit. Sans compter le fait qu'après la première course (les 10km de Monza), ils se sont retrouvés à quatre suite au forfait de Kiki.

Kiki qui, après avoir reçu une boulette de gomme dans l'oeil gauche alors que son Alfa était lancée « pleine balle » dans l’anneau de vitesse du circuit Transalpin, à dû être transporté aux urgences de Melun (petit patelin de la banlieue de Monza, très réputé pour son camping et sa douceur de vivre). Toujours est-il que l'incident reste malgré tout mystérieux... En effet, tout le monde sait que Kiki a pour habitude de piloter visière ouverte. Mais tout le monde sait également que Kiki pilote les yeux fermés! Comment une boulette de gomme a-t-elle bien pu atteindre son œil ? Je crois que nous ne le saurons jamais…

L'équipe termine ces difficiles 1000km de Monza à la dernière place.

DPP_fFjKk00011476

DPP_fFjKk00011487


Après la pause du dîner, les C24S attaquaient les 1000km de Paris avec une poignée qui fonctionnait enfin (une poignée DaVic gentiment prêtée par son concepteur en personne). Le problème de la poignée résolu, l'équipe pouvait maintenant s'atteler à régler la belle Italienne... Un passage par les stands pour modifier les réglages de la puce sera bénéfique au comportement du proto. Et à la présentation du drapeau à damier, la petite Alfa pointe en 12ème position.


Après une nuit éreintante passée dans l’avion qui les transportait sur le continent Nord-américain, les C24S se retrouvaient de nouveau en piste pour les 6h de Watkins Glen.

Et là, enfin, les quatre amis ont pu prendre du plaisir (sans parler de ce qu’ils ont fait dans l’avion… Mais cela ne nous regarde pas !). L'auto était devenue beaucoup plus plaisante à piloter. Les quatre pilotes améliorent logiquement leurs chronos (à noter un beau 12.983s pour Midas, seul pilote du team à être passé sous la barre des 13s).

Ils terminent 14ème de l'épreuve américaine, et malheureusement à la 15ème et dernière place du général.

DPP_fFjKk00011500

 

DPP_fFjKk00011465

DPP_fFjKk00011483

DPP_fFjKk00011484

DPP_fFjKk00011494

 


Du côté des TDS, les essais libres se passent très bien. Le moteur dont la Matra a hérité est vraiment très performant. L'équipe arrive assez rapidement à trouver un « set up » efficace et qui convient bien aux 4 pilotes. A tour de rôle aux commandes de la Matra noire, ces derniers liment alors consciencieusement le plastique de la piste de Safran sans rencontrer le moindre problème.

 

DPP_fFjKk00011467

DPP_fFjKk00011464

 

C'est donc en situation de confiance que Poussin attaque la Q1, la première séance d'essais qualificatifs. Il s'installe rapidement en tête avec un matelas d’avance assez confortable. L’équipe décide alors de rappeler prématurément au stand son pilote et sa monture pour contrôler et préserver cette dernière, en vu de la Q2.

Sea Sex & Slot relaie Poussin dans le baquet du proto français pour la Q2. Là encore, un bon chrono (12.309s, meilleur chrono des trois séances confondues) le place à l’abri en haut du tableau (3/10eme devant la Ford MKII de CSR93). Et là encore, pour les mêmes raisons, la Matra est rappelée à son box avant la fin de la Q2.

img_3912

En Q3, c'est Boombastic qui s'y colle. Il signe un excellent 2ème  temps, juste derrière la Matra de l’équipe DaVic, pilotée par Victor.

Une superbe séance de qualifications, donc, pour les TDS (bien aidés par une bonne voiture, un bon « set up » et très bon moteur).

Un très bon résultat qui leur permettra de partir depuis la première ligne des 1000km de Monza, et surtout, qui leur laissera le choix parmi pas moins de 14 postes de pilotage !

 

DPP_fFjKk00011469

 


En terre transalpine, c'est Philvit qui prend le départ. Il connaîtra un premier relais laborieux, éprouvant quelques difficultés à rentrer dans un bon rythme. Puis malheureusement, alors que Poussin venait de laisser les commandes du proto à Boombastic, une panne venait ralentir sa remontée: file de guide coupé. Voyant s’envoler toute chance de bien figurer au classement de cette première course, les TDS décident de prendre leur temps au stand afin de bien préparer l'auto pour la course suivante. Quand elle reprend la piste, elle est bien loin au classement mais les efforts conjugués de Boombastic et de SSS permettront à l'équipe de revenir à la 10ème position.

DPP_fFjKk00011491


Les courses se suivent et ne se ressemblent pas... En effet, pas de gros soucis du côté des TDS durant les 1000km de Paris, hormis deux poignées défaillantes (connectique de changement de voie) qui leur auront fait perdre tout de même quelques tours.

Durant la dernière heure de course, SSS parvient à remonter du 6ème rang au 4ème rang. Malheureusement, à deux tours de la fin, il perd quelque peu pieds sous la pression  et se fait passer par la Ferrari 312PB du team BTR (Le Mans), pilotée par Emma. Les TDS terminent 5ème de la classique Parisienne.


Lors du premier quart des 6h de Watkins Glen, les TDS accrochent le top 5. Mais la concurrence est rude et la Matra Gitane connaît malheureusement un nouveau problème de fil de guide sectionné qui lui fait perdre quelques places. Elle termine la course à la 7ème position.


Au général, les TDS finissent au 7ème rang.

 

DPP_fFjKk00011503

Retrouvez l'ensembles des résultats ici:

Qualifications

Classement_1000_km_de_Monza

Classement_1000_km_de_Paris

Classement_6_heures_de_Watkins_Glen

Classement_g_n_ral

Chronos_Safran_2015 (en course)


Du côté des "à côté", soulignons la chance qui nous a été donné de pouvoir disputé cette course, une nouvelle fois, dans un cadre aussi magique et prestigieux qu'est le Musée Aéronautique et Spatiale du groupe SAFRAN. Pour cela, nous adressons un grand merci à son directeur, Mr Dominique Beaufrère.


Un grand merci également à tout ceux (surtout toutes celles!) qui ce sont relayés (voir qui ont fait du non-stop!) derrière la buvette. (Super idée les crêpes sur Bilic!).


Côté repas (buffet), rien à redire. A la fois simple, bon et consistant... Ah si, tout de même, tout le monde s'accordait à dire qu'il manquait une chose essentielle: L'APÉRO!!!

Bien sûr, merci à l’ensemble des équipes d’avoir répondu présent. Sans elles, impossible d’organiser une telle compétition !  Merci aussi aux pilotes pour la bonne humeur qui aura régnée autour du circuit tout au long du week end.


Tout nos remerciement enfin pour Florent et le SCIF, organisateurs de l'événement, qui se sont relayés sans relâche au micro de la direction de course durant tout le week end. Leurs points réguliers sur le classement et leurs commentaires éclairés à propos des différents faits de course furent très appréciables. Leur assiduité concernant l’application des « stop & go » et autres pénalités un peu moins !

DPP_fFjKk00011498

 

Bref, un week end de course qui fut fort agréable, donc. De la compétition à tous les niveaux et de très bons moments passés entre amis.

Enfin, pour terminer sur une touche d’humour, je retiendrais une réponse mémorable faite par Laminak à des pilotes pressés d’être remis en piste. Un truc du genre : « Hey ! Molo molo les gars! Ma mère n’était pas une pieuvre !»


Sur ce, vivement la prochaine !

Petit bonus ! Visionnez plus de photos du week end sur un petit montage disponible ici: